Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De tout, un peu. Mais surtout la famille et les amis, les voyages, les passions.

11 Mar

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Publié par Eddy & Nicole TRILLET-SAUBAIN  - Catégories :  #Photographie

La photo a toujours été présente dans ma vie, sous des formes différentes selon l'époque mais depuis tout petit j'ai été accompagné de ces boîtes à images.

Et comme je ne jette rien il me reste quelques vieux appareils photos dans les tiroirs.

Un jour en fouillant un peu j'en ai retrouvé et me suis rendu compte à quel point ces équipements familiers avaient évolué en quelques années.

Puis que de souvenirs reviennent en les voyant . . .

J'en ai regroupé quelques exemplaires, je vais compléter ce sujet petit à petit.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

A tout seigneur tout honneur, je commencerai naturellement par le plus ancien. Ce boîtier Agfa SynchroBox doit dater de l'immédiat après-guerre. Il appartenait à mes parents et je me souviens encore l'avoir moi-même utilisé pour prendre des photos d'autos de rallye à Chaudfontaine (Tour de Belgique Auto) fin des années '50.

Aucun de ces clichés n'a survécu hélas.

La pellicule utilisée était du format 6 x 9 cm, sur des bobines avec intercallaire papier noir. On devait charger et décharger les films dans une pièce noire. Vu la surface sensible de la pellicule et l'objectif très simple à une seule lentille les images N-B obtenues (à peine plus grandes que le négatif, taux d'agrandissement très faible) étaient d'une netteté extraordinaire la surface du négatif étant 6.25 fois plus grande que sur les films 24*36 utilisés comme standard pendant les 50 ans qui suivirent.

Le numéro de la vue en cours apparaissait dans la fenêtre en plexi rouge au dos du boitier.

Rustique.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

La visée s'effectuait via une des deux lucarnes : une pour les vues "paysage" et l'autre pour les "portraits".

La focale était fixe et le déclencheur à vitesse fixe lui aussi était une simple plaque qui se déplaçait devant l'objectif. Seul le diaphragme pouvait être changé via une autre plaque, percée d'un petit trou située devant l'objectif et qui pouvait coulisser et présenter un second orifice un peu plus large pour les prises de vue sous lumière plus faible. Un filtre jaune était disponible pour augmnter les contrastes en N-B par temps couvert.

(photo de la bobine de pellicule source : Wikipédia)

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

A la fin des années '50 nous voyagions déjà de plus en plus loin et il fallait ramener un maximum de souvenirs. Un appareil photos plus moderne s'imposait. Mon père a alors acheté un premier 24x36 à peu près semblable à celui-ci.

(photo trouvée sur le Net)

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment ce modèle mais il y ressemblait très fort avec son objectif fixe et sa cellule photo-électrique entourant l'objectif. On pouvait choisir le diaphragme et la vitesse d'obturation mais cela se faisait manuellement avec l'aide d'un Luxmètre intégré qui s'affichait dans le haut de l'occulaire.

Beaucoup de photos et dias de l'époque sont encore dans mes tiroirs. J'utilisais également cet appareil lorsque j'assistais aux couses de côte et autres rallies.

-  -  -     O     -  -  -

Pour mes 12 ans (1963) j'ai reçu mon premier appareil personnel. C'était un Kodak Fiesta identique à celui-ci. Toujours avec des pellicules en rouleaux au format 4 x 4 cm. Le boitier était en plastique et les réglages réduits à leur plus simple expression. Vu le prix des pellicules et de leur développement on m'incitait peu à shooter à tout-va.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Pendant mon adolescence je n'ai pas souvenir d'autres équipements que le Konica de mon père et ce Kodak. C'est surtout avec le 24x36 que j'ai "travaillé".

Puis il y eut notre mariage, le départ pour le Zaïre, la naissance d'Eric etc. Tout ça en un an à peine (1973-74). Il nous fallait aussi laisser leur appareil photo à mes parents. La première année c'est avec un Yashica prété par un ami que nous avons ramené cinq bobines de 36 vues sous forme de dias. Elles sont encore toutes précieusement  conservées.

Mais à notre retour au pays pour les vacances de l'été '74, Nicole étant enceinte et notre mission en Afrique se poursuivant je me devais d'acheter du nouveau matériel.

Pendant les deux années qui ont suivi c'est donc avec un Polaroid que nous photographiions les premiers pas d'Eric. Grâce à ces pellicules à développement instantanné nous pouvions envoyer les photos à mes parents par la poste plutôt qu'attendre que quelqu'un rentre en Europe pour lui remettre les bobines qu'il fallait faire développer en Belgique et dont nous ne voyions les épreuves qu'une année plus tard.

Assez étonnamment, les clichés Polaroid étaient plutôt nets et résistants dans le temps les N-B s'estompant cependant un peu plus vite que les couleurs. Je possède encore ces photos 40 ans plus tard et beaucoup sont restées très correctes à regarder.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Evidemment des précautions élémentaires de conservation des photos sont indispensables si on veut garder longtemps ces souvnirs. Ce sont principalement les UV et l'humidité qui leur sont fatals.

 

-  -  -     O     -  -  -

 

En 1974 donc nous avons fait l'acquisition d'un Polaroid pour un usage rapide et utilitaire. Mais en même temps nous avons acheté ce qui à l'époque me semblait le meilleur choix pour les emmagasiner les souvenirs de nos enfants : une caméra Super-8. Le format de pellicule argentique Super-8 était déjà un peu connu mais la version sonore n'allait arriver que plus tard. La Bauer C8 était une jolie caméra bien pratique, repliable, légère et avec un zoom manuel x8 relativement puissant (7.5 - 60). La pellicule était contenue dans un boitier jetable qui permettait de le retirer de la camera même si partiellement utilisé sans que le reste soit perdu.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Cette camera a bien souffert mais rien d'irréparable et vu l'usage intensif qu'elle a connu pendant une dizaine d'années on peut considérer qu'elle s'en est sortie avec le honneurs. Le seul défaut était la durée d'enregistrement contenue dans les bobines : à peine trois minutes et cela pour un prix assez conséquent.

Le format Sper-8 avait une pellicule de 5,7 x 4,2 mm utiles avec perforations d'un seul côté et défilait à 18 images/seconde ce qui donnait une lecture sans saccade apparente. La qualité de l'image était correcte au vu de la petitesse de la pellicule.

Ensuite, une fois les films développés il fallait les monter/coller pour obtenir de plus grandes bobines (jusque 20 min) que l'on devait projeter dans une salle obscure ce qui supposait un matériel encombrant et des manipulations contraignantes.

Par la suite j'ai recopié avec les moyens du bord ces films sur un support VHS (bandes magnétiques pour magnétoscopes de salon, format disparu depuis). Une fois entrés dans le monde digital ces Super-8 copiées en VHS ont été sauvegardées sur DVD. . . Qui n'ont tenu que quelques années seulement avant de devenir illisibles.

C'est ça le progrès !  :-(

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Rentrés définitivement au pays nous nous retrouvions avec notre seule caméra Super-8 qui ne correspondait plus à nos besoins, les souvenirs qu'il fallait absoulment conserver à tout prix de notre vie Africaine faisaient maintenant place à de petites images quotidiennes, plus routinières.

Un appareil photo s'imposait. Mais nos moyens n'étaient pas illimités. Donc Canon, Nikon, Pentax et autres marques réputées étaient exclues. A cette époque plusieurs sous-marques apparaissaient car la photo se popularisait. Je me suis donc tourné vers Mamiya qui avait des prix acceptables pour un matériel au contenu technique correct.

J'ai revendu cet équipement des années plus tard, il m'a donc fallu en chercher une photo sur le Net.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Ce boitier reflex avait une monture 42 mm à vis et les réglages étaient manuels. La visée se faisait par stigmomètre (champ coupé).

Le format de film était le standard 24x36 (135) au boitier si caractéristique et commode d'usage.

(images Wikipedia)

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Un bel outil pour débuter vraiment dans la photographie "créative". Les premiers filtres, tubes macro ou mutliplicateurs de focale furent acquis à cette époque.

Mais qui dit créativité dit aussi cadrages purs et durs au développement chez le photographe  ainsi que la multiplication des clichés, donc coûts de développement prohibitifs. Je me suis donc lancé dans le développement en N-B (et aussi de diaspositives couleurs). D'abord avec un agrandisseur 135 mm puis rapidement avec un Krokus 6 x 6 cm comme celui-ci.

(Net)

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Pour déterminer le temps de pose l'aide d'un Luxmètre est bienvenue. Assez simple d'emploi et couplé à une minuterie faite-main (merci Philippe) j'avais les atouts pour obtenir des clichés corrects.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Celui-ci je l'ai reçu de mon ami André. Cet Asahi PENTAX date de 1970. Il a assurément rendu de bons et loyaux services. C'est une reflex 24x36 à objectif interchangeable (42 mm à vis). Il est doté d'un Luxmètre incorporé avec affichage dans l'occulaire.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Le miroir relevable et le dépoli de visée.  Vue de visée avec le luxmètre à droite.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Dans les années '80, pour ses 12 ans Eric a reçu lui aussi un appareil photo.

C'était un joli petit boitier compact 24x36 de marque LOMO, très simple d'usage mais malheureusement bourré de défauts dont le pire était un énorme vignettage. C'est-à-dire une répartition inégale de la lumière entre les bords et le centre de la pellicule. C'est un défaut typique des matériels à bas prix. Hélas il n'était pas possible d'essayer le boitier avant l'achat. Il a donc assez peu servi.

Mauvaise pioche.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Exemple de photo prise avec ce boitier.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Je dois préciser que j'ai toujours aimé avoir sur moi un petit boitier "pocket" que j'utilise comme un bloc notes, avec lequel le peux prendre quelques photos d'une main à la sauvette sans devoir faire de longues manipulations. Ce Lomo en faisait partie.

Puis qui peut prétendre ne prendre que des photos dignes d'entrer au Metropolitan Museum of Art de New York ? Souvent ce sont des images qui finissent dans une boîte en carton au fond d'une armoire. Malheureusement, quand l'opportunité du siècle se présente on regrette de n'avoir en poche qu'une boîte d'allumettes.

Encore de nos jours j'ai en poche un Canon PowerShot et/ou un smartphone doté d'un appareil photo intégré. Et ils servent tous les jours ou presque. 

Dépenser trois ou quatre mois de salaire -voire davantage encore- pour faire l'acquisition d'un appareil sophistiqué ne se justifie que par snobisme (ou passion immodérée pour l'objet) mais pour un passionné de courses automobiles, de meetings aériens et tant d'autres sujets comme les animaux un boitier à focale fixe ne suffit malheureusement pas. Il faut donc trouver un compromis entre le résultat souhaité et la mise de départ qui souvent impose des sacrifices. (je parle pour moi qui n'ai jamais été vraiment "aisé" financièrement).

J'ai donc revendu quelques équipements pour acheter d'occasion vieux d'un an à peine ce Pentax SuperA. C'était dans les années '80 un matériel à l'électronique omniprésente, très sophistiqué et offrant beaucoup de possibilités créatives et s'adaptant parfaitement à tous les besoins courants. J'ai trouvé ce descriptif très complet sur le Net :

http://krg.pagesperso-orange.fr/collection/supera.htm

L'appareil, reflex à baïonnette Pentax K était modulable, je lui ai très rapidement adjoint un moteur qui permettait de prendre 5 images par seconde. En meetings c'était très pratique car on ne perdait pas le sujet de vue en devant réarmer l'appareil après chaque vue. Mais à côté de ça un film de 36 vues était rapidement utilisé. Parfois pour en ressortir deux ou trois clichés seulement.

Côté objectifs, un grand-angle de 28mm et un superzoom Tamron SP 60*300 sont venus compléter la panoplie. De nos jours cela couvrirait les focales allant de 18 à 200 mm.

Ce boitier avait un système très malin et rapide d'accrochage du film par des aiguilles.

Le viseur avec visée par dépoli et champ coupé. Dans le bas les deux fenêtres rétroéclairées d'affichage de la vitesse d'obturation et des valeurs de diaphragme.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Pour transporter ce -lourd- matériel je m'étais fabriqué une valise moussée et compartimentée que je plaçais sur un chariot sur lequel une plateforme me permettait de m'asseoir ou de grimper pour photographier par-dessus les épaules de plusieurs rangées de spectateurs. Il était équipé de grandes roues car on se déplaçait souvent dans des prairies et aires d'aéroport engazonnées. Le chariot est parti aux mitrailles. Pas la valise.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Argentique de la dernière génération, ce NIKON F50 m'a été offert par notre ami Jack. Ejectés du marché par l'arrivée des capteurs numériques devenus rapidement aussi performants que les pellicules argentiques ces boîtiers avaient tout des appareils actuels jusqu'au plan sensible qui, lui, était encore une pellicule chimique. Remplacez ce bout de cellose par un capteur numérique et vous avez un boitier de la série D.

Ce F50 est muni d'un zoom autofocus grand public non motorisé 35x80 étonnamment peu lumineux (4-22:1) sans position macro. Un flash rétractable est intégré à la coiffe. Le viseur est clair et une possibilité de mise au point manuelle existe mais uniquement par dépoli, pas trace de champ coupé.

Je n'ai pas utilisé cet appareil, qui tient bien dans la main et est agréable au toucher, léger et maniable.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Dernière entrée argentique dans ma collection ce Yashica Zoomate 105 est arrivé par le plus pur des hasards. En effet je l'ai trouvé sur Kapaza au prix de : Zéro € !

Je trouve réjouissant que certains, plutôt que de jeter les objets dont ils n'on plus l'usage se donnent la peine de les proposer gratuitement à qui serait intéressé. Et de les emballer, porter à la poste etc !  Bref. Moyennant 7 € de frais de port, en deux jours j'avais ce joli cadeau dans ma boîte.

Merci Bernard  L.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Cet appareil grand public de la dernière génération argentique est un boitier à objectif fixe. Il est en plastique, donc léger et maniable même si sa prise en main semble avoir été négligée au profit du design. Il n'est pas non plus très compact mais il est doté de tous les automatismes que l'on peut attendre de ce genre de produit. Son zoom motorisé couvre 38 à 105 mm soit les focales idéales aussi bien pour le paysage que le portrait. Aucun réglage manuel n'est accessible. D'ailleurs ils n'auraient aucune raison d'être sur ce genre d'appareil. Même la mise en place du film est motorisée.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

(Mise à jour 11/04/2014)

Superbe surprise cette semaine quand Philippe et Marie-Thérèse sont arrivés chez nous avec sous le bras un coffre aux trésors. Pas moins que quatre appareils photos argentiques, un flash électronique et une cellule photosensible. Le tout dans leurs étuis d'origine. Merci les amis !

Le plus ancien d'abord, ce KODAK Six-20 "Brownie" C. (+/- 1950) Il est très comparable à l'Agfa que j'ai présenté au début de ce sujet en un rien moins sophistiqué, ne proposant qu'un seul diaphragme et pas de filtre jaune. A part ça la construction est quasiment identique.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Cette boîte ne fonctionne malheureusement plus, l'obturateur est boqué. Mais vu la rusticité de l'engin il ne devrait pas être très difficile de le remettre en fonction.

 

-  -  -     O     -  -  -

 

Il y avait aussi un beaucoup plus récent KONICA MT-100  datant du début des années '90. Chargement automatique du film et autres automatismes sont présents sur ce boitier plastique au design typique pour l'époque.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Il y avait encore ce joli YASHICA minister-D produit au Japon dès 1963 toujours dans son bel étui en cuir. Objectif fixe 45mm 2,8, pose B jusqu'1/500è sec, cellule intégrée, visée à champ coupé, retardateur de déclenchement qui fait brrrrzzzzz ...  Un bel appareil 24x36 typique de son époque.

 

 

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Des 4 ma préférence va évidemment vers cet Asahi PENTAX S1a dont la série fut produite en 1963-1964 avant de céder la place à la série SP dont j'ai parlé plus haut au sujet du Spotmatic qu'André m'a offert. Ce reflex parmi les précurseurs est doté d'origine d'un lumineux objectif Takumar 55mm 1:2 avec monture 42mm à visser. Pose B jusqu'à 1/500è sec., visée par verre dépoli.

http://camera-wiki.org/wiki/Pentax_(original)

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Mais surtout il est accompagné d'un téléobjectif 200 mm. 5.6  de fabrication Russe de marque TELEMAR. Une optique simple comportant très peu d'éléments mais plutôt lumineuse et assurément un bien bel outil pour l'époque.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Cellule SEKONIC et flash NATIONAL PE-2005

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

MISE A JOUR / 15 août 2014

 

Hier je rangeais une étagère dans mon garage et j'ai retrouvé cette sacoche ayant appartenu à mon père. Elle contenait un FUJICA ST605 datant de 1976. Il est accompagné d'un objectif standard (42mm à vis) Fujinon 55mm 1:2.2 ainsi que d'un grand-angle 35mm Pentor 1:2.8 et un télé 135mm 1:2.8 de même marque.

Un flash BAUER E228AB, un flexible déclencheur à distance et un génial trépied ROWI complétent la panoplie.

Une belle découverte. Qui plus est, le flash était accompagné de ses 4 piles AA, soigneusement ôtées et conervées dans un sachet plastique. Je les ai remises en place et aussitôt, le sifflement caractéristique des condensateurs qui se rechargent s'est fait entendre. J'en ai tiré plusieurs éclairs consécutifs et il se recharge encore... 20 ans plus tard !

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Mise à jour 8/04/2015

Mon ami André a retrouvé ce minolta riva zoom pico dans ses tiroirs. Une recherche sur Internet me permet de le situer vers 1993. Il s'agit d'un boitier 35mm en plastique typé grand public avec un zoom 38-60mm motorisé, autofocus avec flash intégré et retardateur.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Ce boitier made in Malaysia est bien représentatif de l'époque avec ses fonctions motorisées comme l'entrainement de la pellicule et du zoom ainsi que sa mise au point autofocus.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Cet appareil contenait encore une bobine de film engagée. Espérons qu'elle contient quelques souvenirs. Nous le saurons peut-être un jour si la pellicule n'a pas été détériorée avec le temps et les manipulations du boitier.

Par chance il y a un bouton caché permettant le rebobinage électrique du film et, c'était inespéré, la batterie 3 Volts d'un format aujourd'hui obsolete contenait encore assez d'énergie pour rembobiner entièrement le film bien qu'il m'ait fallu m'y reprendre à trois fois pour y parvenir.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

(edit 20/11/2015)

Mon ami André, encore lui, a exhumé cet appareil qui a appartenu à son papa.

C'est un OLYMPUS AZ-100 zoom.

D'après Internet il daterait des environs de 1990. (http://www.collection-appareils.fr/x/html/camera-3786-Olympus_AZ-100%20Zoom.html)

C'est bien entendu un 35mm argentique doté d'un zoom 2x (35-70) à commande électrique. Il est autofocus, son flash dispose de plusieurs modes et il aurait été le premier appareil de la marque équipé d'un zoom. L'entrainement du film est motorisé et automatique. L'objectif pour lequel je n'ai pas beaucoup de détails techniques semble d'une très grande luminosité au vu de la taille de la lentille. Le boitier, totalement conforme aux canons de l'époque est en pur plastique et d'une taille impressionnante. Il me semble que la compacité n'était pas l'argument N°1, voire même que le volume devait être imposant pour plaire aux amateurs. Par contre la simplicité d'emploi était au centre des préoccupations : Bouton On-Off, déclencheur, mollette de zoom, curseur d'activation du flash et c'est à peu près tout. Simple et efficace !

(cliquer sur les photos)

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère Argentique

(Mise à jour du 18 avril 2017)

Nouvelle entrée dans ma collection dimanche dernier. Notre ami Jack m'a apporté ce Minolta Dynax 500si.

C'est un boitier reflex argentique autofocus full automatique programmable et entièrement motorisé, sorti en 1994.

http://camerapedia.wikia.com/wiki/Minolta_Dynax_500si

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique

Comme on pouvait s'y attendre, la batterie (exclusive à ce modèle, comme trop souvent hélas) est morte de chez morte. Impossible donc de faire fonctionner ce boitier.

Mes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère Argentique

L'aspect du boitier à la prise en main agréable et ergonomique est plutôt engageant. Bien qu'entièrement en plastique dur, la finition est flatteuse. Les nombreux boutons et interrupteurs sont clairement identifiés. Leur touché est évident. L'écran à cristaux liquide est large et lisible.

Un petit flash rétractable est intégré au haut du boitier et une griffe pour flash additionnel est présente.

Je ne vois pas de correction de dioptrie pour la visée reflex.

Par sa construction le boitier est très léger, ce que cherche le public amateur visé par cet appareil. De même, l'objectif zoom (2x : 35-70mm f 1:3.5-4.5) est étonnamment léger mais vu sa pauvre luminosité les lentilles qui le composent ne doivent être bien grandes. Là ça fait vraiment cheap mais vu l'amplitude de focale cela devait suffire dans la plupart des applications.

La monture est spécifique Minolta AF.

Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère Argentique
Mes Appareils Photos : L'ère ArgentiqueMes Appareils Photos : L'ère Argentique

Archives

À propos

De tout, un peu. Mais surtout la famille et les amis, les voyages, les passions.